Le Knärr - bateau normand

 

prémaquette

 

LE KNARR de Jean Marc Lecomte BATEAU NORMAND DU XIème SIECLE


En l'an 2007/2208, j'ai visité le musée des terreneuvas de Fécamp et la cité de la mer à Dieppe où étaient exposé réciproquement 2 grandes maquettes de bateau viking nommé
couramment drakkar dont j'ai longuement apprécié la construction.
Cette même année, j'ai eu l'occasion de ramer sur un doris cauchois et là m'est venue l'idée de construire mon dernier bateau.
Le bateau viking réunit à lui seul beaucoup d'éléments qui me séduise.
- - Le côté historique typique normand qui pourrait participer aux manifestations nautiques aussi bien en bordure de mer que le long de la seine ou d'autres fleuves ou rivières.
- - La coque bois bien profilée, bordée à clin magnifiquement relevée sur l'avant et l'arrière.
- - Les sculptures d'ornement relativement simples à réaliser et son emplanture de mât en forme de poisson.
- - N'était ce pas aussi la sépulture de rois et reines vikings, sans être roi cela pourrait bien être la mienne !!
- - Le centre de gravité du projet n'est pas seulement dans l'objet fabriqué mais bien dans le fait de construire et de reprendre tous ces points cités afin de créer un bateau de taille modeste, léger et facilement transportable.

 

 

 


PRECISION HISTORIQUE

Le nom « drakkar » sous lequel sont communément connus les navires vikings quels qu'ils soient est un terme apparu plusieurs siècles après, inspiré des sagas suédoises qui signifient dragon.
En l'an mille les bateaux vikings en général se nommaient des Knörr ou karf.
Vers le XIème siècle les Normands reprirent le mode de fabrication des bateaux vikings en réhaussant simplement le franc bord et remplacèrent les têtes amovibles de dragon par celles de lion.
Pour ma part, la nomination de knörr se rapproche un peu trop à une marque de pommes de terre actuelle (purée, pommes chips, soupes), c'est pourquoi je l'appellerai le

KNARR k n ä r r

 

 



Hiver 2008, je commence les recherches historiques et techniques afin d'établir un dossier de départ. Je me suis adressé à la revue de modélisme naval MRB, à l'association du musée de la marine à Paris, à la revue Neptunia, à l'ambassade de Norvège qui m'a orienté vers l'association Dreknor à Cherbourg et bien évidemment à la revue Le Chasse Marée qui est très intéressée par mon projet.et dont j'ai rencontré le rédacteur en chef Gwendal Jaffry lors du nautique à Paris.
Tout cela m'a permis de tracer le plan de forme général de mon futur Knärr en m'inspirant du bateau de Gokstad (réplique navigante de la sépulture exposée au musée d'Oslo) et du caboteur Roar Ege de Skuldeler reconstruit à l'identique dans les années 1983/84.
Puis j'ai construit une prémaquette pour vérifier le volume de fluidité des formes adaptée à la longueur d'environ 6 mètres.
Tout cela est bien joli, mais aujourd'hui pour construire et naviguer même au raz de la côte sur un bateau de plus de 2.50m, il faut le déclarer aux affaires maritimes afin de l'immatriculer Aie ! Aie !
Cela paraît assez complexe quand on est plutôt artiste créateur que branché paperasses.
Août 2009, lors des fêtes de la mer, je rencontre un « pacha » des affaires maritimes qui m'a bien expliqué la démarche à suivre au sein de ces services et mon projet reprend espoir. Cette année-là, les organisateurs avaient invité entre autres, le Dreknor à participer à la fête. J'ai fait la connaissance de Marc et Nathalie Hersant, les sympathiques créateurs de l'association, avec qui j'ai participé aux manœuvres et sorties en mer de ce superbe navire. Une magnifique fête.
En rentrant de vacances, j'ai eu l'heureuse surprise de trouver dans ma boite aux lettres la photocopie du plan plus la nomenclature du Gokstad.
En superposant les plans du Gokstad et les miens, j'ai constaté que le Gokstad était plus petit proportionnellement en longueur, largeur et franc bord. Si je modifie les formes de mon caboteur, cela ressemble plus à une gondole que d'un Knärr. Pas très esthétique tout çà.
Après maintes réflexions, je décide d'abandonner mon premier travail (plan, prémaquette) et d'adapter (plus facile) celui du Gokstad et réduire la longueur, élargir le bau ainsi que 2 ou 3 couples et surélever le franc bord (vu la différence de taille générale)
Décembre 2009, le tracé du plan a été exécuté par temps très froid et neigeux ( 1° à 3° dans l'atelier) normal pour un bateau viking. La longueur totale sera de 5.45 m (surtout en dessous de 6 mètres à cause des affaires maritimes et du prix des ports) et de 1.35 m de largeur intérieure.
J'ai fait imprimer les plans de formes en deux échelles dont la plus grande me servira à construire comme précédemment une nouvelle prémaquette des formes d'1.60 m de long, comme les cargos en fer du siècle dernier, afin de déterminer le développé des virures contrairement au travail habituel qui se latte en vraie grandeur.
.

juin 2011 le chantier du Knarr commence.........

 QUEUE KANRR


TETE KNARR

 

 

 

 

voir le diaporama ci dessous

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site